Avec Canticum Novum – Musiques anciennes

« Au regard de la mémoire, continuons à créer des passerelles vers l’avenir pour que la musique permette encore et toujours d’inciter au dialogue, à la découverte, à la complicité, au questionnement. »  Emmanuel Bardon, directeur artistique

En redécouvrant et interprétant des répertoires de musique ancienne, Canticum Novum tisse des liens entre la musique d’Europe occidentale et le répertoire du bassin méditerranéen, riche de l’union du monde chrétien et d’un Orient marqué d’une double hérédité juive et mauresque. Ces programmes reflètent par ailleurs une autre ambition de Canticum Novum, celle de positionner l’aventure humaine et l’interculturalité au cœur de ses projets et d’interroger sans cesse l’identité, l’oralité, la transmission et la mémoire. 

– AASHENAYI – Rencontre en terre ottomane

AashenayiAux éditions Ambronay

 

 

 

 

aashenayi evoSous le règne de Soliman le Magnifique l’empire ottoman est à son apogée: son armée et ses janissaires sont craints dans toute l’Europe et Istanbul émerveille le monde occidental. Pour Soliman, la « Sublime Porte » n’a pas seulement une position stratégique privilégiée pour le commerce ou la guerre mais une vocation à rassembler les cultures d’Orient et d’Occident. D’abord indifférents, les deux mondes sont devenus curieux l’un de l’autre, séduits, voire fascinés, ouverts enfin à des influences réciproques.

Aashenayi (Rencontre, en persan) témoigne de ce fourmillement culturel et invite à un voyage aux confins des musiques anciennes et traditionnelles. Les échos de la Perse, de la Turquie et de l’Europe se mêlent à la musique des chanteurs et instrumentistes constituant l’ensemble Canticum Novum. Chacun joue avec les couleurs de sa tradition musicale à travers les filtres de notre temps pour créer une expression commune.

Programme :

Aashenayi

vign-aashenayiComo PondenCantiga 166 – Alfonso X el sabio (Espagne),  Rast nakis besteDimitri Cantemir (Empire Ottoman),  Morenica Romance séfarades (Turquie)Dar Dâmané SharâKhaled Arman (Afghanistan),  Sareri hovin mernemInspiration de la tradition arménienne,  Der makam-i “Uzzäl Sakil Turna”Dimitri Cantemir (Empire Ottoman),  Yo Era Nina De Casa AltaRomance Séfarades – Esmirna,  Nor tsaghikArménie XIIème siècle,  Bugün benim efkârim varTraditionelle Turquie,  La Comida de la mananaRomance séfarade (Turquie),  Khan delawar khanKhaled Arman (Afghanistan),  Durme, hermoza donzellaRomance séfarade (Balkans),  Säqi ba khodaKhaled Arman (Iran),  SirtoInstrumentale (Turquie),  Offondo do mar tan chao – Cantiga 383 (Espagne)

Distribution :

Bertrand Pichène3 chanteurs et 9 instrumentistes

Gülay Hacer Toruk, Mashal Arman, Emmanuel BardonChant,  Shadi Fathi Tar, Sétar,  Aliocha Regnard Nyckelharpa & Fidula,  Emmanuelle Guigues Kamensheh & Vièle,  Aroussiak Guevorguian  Kanun, Isabelle Courroy – Flûte Kaval, Gwénaël Bihan Flûte à bec,  Philippe Roche – Oud, Henri-Charles Caget, Ismaïl Mesbahi Percussions

 

– TOPKAPI – Musique à la cour de Suleyman le Magnifique

Musique de l’Empire Ottoman des XVIème et XVIIème siècles D’après le Livre des Sciences de la musique de Dimitri Cantemir.

C’est à la cour ottomane que naît, au XVIe siècle, l’une des musiques les plus raffinées du Proche et Moyen- Orient. Cette musique palatine fondée sur le maqâm s’est épanouie au fil des siècles. Elle a toujours joui de la faveur des sultans mélomanes. Ses influences sont multiples. Les mélodies turques, arabes, persanes, byzantines, arméniennes, voire tziganes ont eu une influence déterminante sur le développement de la musique ottomane.

Militaires, religieux et aristocrates pratiquaient et développaient, chacun à sa manière, une forme musicale spécifique pour s’ennoblir et affirmer le symbole de leur puissance. Telle une bannière, la musique avait une fonction autant sociale qu’esthétique. Ainsi s’est enrichie une musique délicate et diversifiée, assimilant tous les aspects culturels de l’un des plus grands empires musulmans.

Programme :

Makäm-i Sûri Semâ’îDimitri Cantemir – Empire Ottoman,  Punxa, PunxaSéfarade – Turquie,  Makâm-i Hüseyui Sakïl-i Agâ RizâDimitri Cantemir – Empire Ottoman,  Nacimiento Y Cocacion De AbrahamSéfarade – Turquie,  Makam-i UzzalDervis Mehmed – Empire Ottoman,  Semsiyemin Ucu KareSüleyman Cakal – Populaire Empire Ottoman,  Armen AravodArménie,  Majo, majo, majoSéfarade – Turquie,  Aysor Dzayne – Sirt in sassaniArménie,  La Armada TurcaSéfarade – Esmirna ,  Altim tasta gül kuruttum – Nimet Hanim – Empire Ottoman,  Rast nakis yürük semâî,  Biz âlûde-î sâgar-î bâdeyizHâfiz Post – Empire Ottoman,  Makam-i Rehavi çember Dimitri Cantemir – Empire Ottoman,  Una matica de rudaSéfarade – Balkans,  ÜsküdarEmpire Ottoman,  Numi, numi yaldati – Palestine

Distribution :

2 chanteurs et 5 instrumentistes

Gülay Hacer Toruk, Emmanuel Bardon – ChantAliocha Regnard – Nyckelharpa & FidulaEmmanuelle Guigues – Kamensheh & VièleIsabelle Courroy – Flûtes Kaval, Aroussiak Guevorguian – Kanun,  Philippe Roche – OudIsmaïl Mesbahi – Percussionsvign-topkapi

– PARADAIA – Les echos de la Perse, de la Turquie et de l’Europe

Le jardin persan, ensemble cohérent et structuré, cherche à exprimer et représenter l’harmonie entre les environnements culturels et naturels, entre l’homme et la nature. Lieu clos et mystérieux, stimulant les sens, le jardin persan de jadis invitait au repos, à la méditation, au plaisir et révélait la potentialité invisible des ressources naturelles.

Dans laTurquie ottomane, l’art du jardin a connu un développement extraordinaire dont le souvenir nous est parvenu principalement grâce au Palais de Topkapi à Istanbul. Au cours de réceptions grandioses, parfois nocturnes, lors desquelles les fastes de la vie de cour ottomane ne manquaient pas de s’exprimer, les musiques d’orient et d’occident résonnaient au long des allées dallées  bordées de bassins, de vergers, de fontaines et de kiosques.

Paradaia invite à un voyage aux confins des musiques anciennes et traditionnelles. Les échos de la Perse, de la Turquie et de l’Europe se mêlent à la musique des chanteurs et instrumentistes de l’ensemble Canticum Novum.

Programme:

  • Rast nakis besteDimitri Cantemir (Empire Ottoman)
  • Morenica Romance séfarades (Turquie)
  • Dar Dâmané SharâKhaled Arman (Afghanistan)
  • Sareri hovin mernemInspiration de la tradition arménienne
  • Der makam-i “Uzzäl Sakil Turna”Dimitri Cantemir (Empire Ottoman)
  • Yo Era Nina De Casa AltaRomance Séfarades – Esmirna
  • Nor tsaghikArménie XIIème siècle
  • Bugün benim efkârim varTraditionelle Turquie
  • La Comida de la mananaRomance séfarade (Turquie)
  • Khan delawar khanKhaled Arman (Afghanistan)
  • Durme, hermoza donzellaRomance séfarade (Balkans)
  • Säqi ba khodaKhaled Arman (Iran)
  • SirtoInstrumentale (Turquie)

Distribution: 2 chanteurs et 6 instrumentistes  – Gülay Hacer Toruk, Emmanuel Bardon – Chant // Shadi Fathi – tar, sétar // Aliocha Regnard – Nickelharpa, fidula // Philippe Roche – Oud // Isabelle Courroy – flûtes kaval // Ismaïl Mesbahi – percussions.

vign-paradaia